Faut il

Un monde à part

L'une sur l'autre, les maisons tant bien que mal, avec un peu de lumière jetée sur les ombres du passé. L'étranger ne connait une ville, que le soir lorsqu'elle s'endort. Elle aurait tant voulu être libre chez elle, la femme qui perd son pays, devient une éternelle voyageuse, partout où elle pose le pied, une étincelle le mène ailleurs. Ne jamais céder à l'opium, ni ne s'abandonner aux rêves des marchands, elle voudrait un endroit qui bannit l'argent. Mais pour cela, il faut depuis longtemps avoir dépassé la forêt, arriver là où l'on devine encore une trace de charrue, là ou l'on entend le son du rossignol pesant sur le feuillage qui rejoint la montagne et le rire d’un enfant. C'est un endroit qui se trouve entre nos pensées et qui nous fait oublier, il dur toujours si peu. Les fleurs, je les dessine avec la plume, sans oublier la mer qui réclame toujours des collines dans nos récits. Un refuge, la solitude un endroit à l'écart où les merles si noirs nous aveuglent. De ces milliards de pétales de rêves, j'ai créé un monde aussi tendre est simple que son regard et si j'étais une homme enfermé dans une femme.
 
©Philsland 6176719248_IMG_0246

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)