Chauds instants
Lilas

Loin des hommes

GOPR0859Nous sommes partis pour des destinées inconnues, que seule notre enfance avait imaginé. Comme les bateaux nous avons traversés la pluie avec l’indécision de ceux qui veulent savoir, évitant les catastrophes et les rivages de l’ignorance, mais qu’avons nous appris. L’oeil voit le noir, Le blanc est vert, Je vois un moulin. Des escaliers de verbes et de vent, souffle fallacieux de l’histoire. Souvenirs de la machine à écrire noire et argent où mon père à tapé ses premiers poèmes, du bistrot abandonné où ma mère était tombée amoureuse. La serrure de la boite aux lettres à rouillé depuis leurs absence définitive.Ta mère cette brise marine qui se lève sur les flots au milieu de nuits hallucinée de légendes, L’amour brûle toujours de plus d’amour. Et l’océan transforme les nuages pour mieux envoler nos rêves, tout et son contraire, tout nous ramène entre vent et marée à nous même. Roses, bleus et violets, déjà le printemps nous attends, loin des hommes.

©Philsland

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)