Respire
Le soleil tombe toujours dans la mer...

Calendula

GOPR4501J’ai scruté le visage des souvenirs et séché mes pleurs avec les larmes des autres. Où est tu toi, mère qui m’écoutait même sans m’entendre, dis moi quand prendra fin la famine de la terre. Faut il que les roses écorchent ma vue pour que l’horizon se délabre comme de la paille morte entre les doigts. Je rêve que je marche vers toi, sans retour car il est inutile. Un village s’envole soudainement, c’est le mien, le notre, mais où trouver un lieu où reposer notre tête, dormir, enfin sans mémoire. Les soeurs ne pensent pas, elles ouvrent toutes les roses, elles savent une douleur immense masculine cachée. Pour que ma pensée ne meurt, j’écris comme un illuminé, car je le sais, je ne serait un jour, qu’un mort parmi mes mots. les femmes chantent, le sang, l’éternité et la terre se soulève. Il est des ombres qui donnent la lumière et un sel si bleu que même le ciel en rougit. Je chercherais toujours la vérité, j’y perdrais tout mes amours cachés en d’autres vérités et puis un jour l’éblouissement emportera mes recherches au sein d’une corolle de calendula, en pleine lumière, là où se trouve tout le savoir de l’univers et chacun de nous connaitra son Dieu.

©Philsland

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)